Viral Counter-Attack
Proposition d'Installation
Par Joseph Nechvatal & Music2eye.
 


Joseph Nechvatal et Music2eye exposent pour la première fois Viral Counter Attack., une œuvre interactive où des colonies de " virus artistiques " contrôlées par les spectateurs détruisent lentement des peintures digitales. Il en résulte des tableaux animés qui interrogent le vivant, la peinture et le spectateur à l'occasion d'une guerre virtuelle qui simule le jeu de la vie.

"Viral Counter-Attack" est une installation interactive qui s'inscrit dans la continuité du projet Computer Virus 2.0. et qui s'inspire du monde des jeux vidéos multi-utilisateurs. Le principe est de mettre en compétition plusieurs participants qui contrôlent avec les mouvements de leur corps des colonies virales artificielles antagonistes.

Les peintures de Joseph Nechvatal constituent à la fois l'environnement des virus et le champ de bataille des joueurs. Dans la série "OvOidism", des paysages créés à partir de la combinaison d'organes intimes humains et d'éléments naturels sont attaqués par une population de virus artificiels. Ces derniers se nourrissent des images pour survivre et se reproduire, ce qui se traduit visuellement par un lente dégradation des peintures initiales. Un exemple d' attaque virale est montré en annexe.

Dans Viral Counter-Attack, par le mouvement de leur corps, les participants peuvent directement diriger le déplacement des virus sur l'écran, et influencer leur évolution et leur survie. Le regroupement, la coopération ou l'attaque entre joueurs et l'utilisation de la nourriture sont des facteurs cruciaux pour jouer à ce jeu de la vie. Ainsi, les participants peuvent influer sur le devenir de l'écosystème que constituent ces peintures animées.

 
     
 


 
     
 
Dans Viral Counter Attack, l'interaction repose sur la captation du mouvement des joueurs. Pour cela, des caméras sont placées au dessus des participants, elles détectent la direction et l'intensité de leurs mouvements. Cette information est répercutée en temps réel sur l'activité des virus projetés sur l'écran face aux joueurs. Le caractère immersif de l'installation est renforcé par une ambiance sonore générée par l'interaction homme machine.

Chaque joueur a le contrôle d'une colonie de virus, identifiée par une couleur. Le but de chaque joueur est de survivre le plus longtemps possible, seul ou collectivement, sachant qu'inexorablement toutes les ressources disponibles dans l'image s'amenuisent et qu'à la fin du cycle, tous les virus sont amenés à disparaître. Parmi les stratégies possibles, les joueurs peuvent déplacer leurs colonies vers des régions riches en ressources et les faire prospérer. Mais ils peuvent tout aussi bien attaquer les colonies concurrentes, en massant des virus aux endroits stratégiques de l'image.

Ainsi, Viral Counter Attack n'a pas à proprement parler de règle du jeu, c'est plutôt une invitation à un dialogue sensitif et pictural entre des organismes humains et des entités artificielles.

 
     
 
 
     
 

Viral counter attack
est une exposition en deux actes : lors de la première phase, l'installation est proposée au public et chaque jour une image est extraite lors de l'interaction avec les joueurs. Dans un deuxième temps, les images numériques retournent sur la toile pour être exposées et vendues comme une trace de cette "contamination virale".


 
  RGB attack - 5 Etapes d'une attaque virale

 
   
     
   
     
   
     
 
     
   
     
  Télécharger la video rgbattack. Quicktime, 8 Mo, 1 mn.  
     
     
 
Joseph Nechvatal

Joseph Nechvatal vit à Paris et à New-york. Depuis 1986, ses peintures assistées par robots et ordinateurs sont régulièrement présentées dans des galleries et des musées à travers le monde. De 1991 à 1993, artiste résident à l'atelier Louis Pasteur et au laboratoire d'informatique de la fondation Saline royale / Ledoux en Arbois, il travaille sur le projet "Computer Virus" : une expérience dont la stratégie créative repose sur des algorithmes viraux. Après avoir présenté son travail largement en Europe et aux Etats unis, il a obtenu son titre de docteur en philosophie de l'art et des nouvelles technologies au Centre for Advanced Inquiry in the Interactive Arts (CAiiA) à Newport, en Angleterre. De 1996 à 2001 il a été correpondant parisien pour "Rhizome Internet" et écrit maintenant régulièrement pour "The Thing!", "NY Arts Magazing" et "Zing Magazine". Il a coordonné en 1997 la première conférence de recherche CAiiA "CONSCIOUSNESS REFRAMED: Art and Consciousness in the Post-Biological Era". Actuellement, il donne à la SVA (School of Visual Arts), à NewYork, un cours intitulé "Théories de la réalité virtuelle".
 
Music2eye

A travers ses sculptures et ses installations sonores et visuelles, le collectif Music2eye explore le design comportemental, c'est-à-dire l'implication d'entités artificielles dans des processus créatifs et interactifs. Les principales créations à ce jour sont NOEMI , une sculpture musicale interactive, MOLUX un logiciel de Mix image temps réel, et Supernature, une œuvre en collaboration avec Miguel Chevalier autour de jardins artificiels. Music2eye revendique son attachement à l'univers des machines, à l'art industriel, au C++ ainsi qu'à la culture du rhizome.

NOEMI a été programmée au festival Emergences dans le cadre de la biennale Villette Numérique (Septembre 2002), à la FIAC 2002, à la Heartgalerie (fevrier 2003) à Art-Metz (mai 2003) et à la Gaîté Lyrique (Open Source 2 - Juin 2003)

MOLUX a été présenté au Festival Placard #5 (Paris/Tokyo juillet 2002) et au Metallomix #11 Novembre 2002)

SUPERNATURE est programmée pour l'exposition Nature de synthèse (Juillet 2003)
 
         
         
Joseph Nechvatal (Concept, Art visuel) - Music2eye (Programmation, Design, Audio)